Month: décembre 2013

Rino : une (presque) dernière fois !

Je suis allée pour la première fois chez Rino il y a tout pile un an… une rumeur arrive jusqu’à mes oreilles : Rino s’en va ! Rino quitte la rue Trousseau pour s’agrandir. L’envie de regoûter la cuisine de Giovanni Passerini et l’atmosphère si particulière de ce resto-mouchoir de poche, me pousse à réserver vite… 

J’avais été subjuguée par cette cuisine bistronomique teintée d’Italie, mon coup de cœur absolu. Mais un coup de cœur n’est-il pas fantasmé, après coup ?

Vérification en 6 actes pour 61€. Et l’entrée en matière est plus que convaincante avec ce consommé savoureux et iodé.


Tortellini de scarole à la napolitaine, maquereau, consommé de fenouil
Tortellini / maquereau

Lieu jaune de ligne, radis, coques, olives

Lieu jaune
 Bœuf, choux, betteraves brûlées et fumées au foin
Taglioni au ragout de colvert, parmesan, romarin
Poire et poivre, brebis et brebis
Clémentines, yahourt, chocolat, fruits secs
J’aime
Les produits qui ne sont pas dénaturés, travaillés simplement pour les mettre en valeur.
Les deux plats de pâtes ont été un ravissement total.
J’aime moins
Le manque d’originalité sur certains plats comme le boeuf.
Le bilan
On y va, on y va, on y va ! Assurément l’une des meilleures tables de Paris.
Rino
46 Rue Trousseau
75011 Paris
01 48 06 95 85
Afficher Bars et restaurants – Le pull de Marine sur une carte plus grande

Le Clan des Madones : j’y étais !

Je vous conseillais il y a quelques semaines la fameuse soirée annuelle du Fooding, cette fois-ci nommée Clan des Madones et mettant à l’honneur femmes chefs, vigneronnes, sommelières pour 3 soirées d’exception.

Il aura fallu s’accrocher, à 2 reprises, pour obtenir ces places si convoitées, toutes vendues en quelques secondes, une prouesse digne d’une réservation pour un concert de… Madonna !

Armés de nos billets, le Fooding nous donnait donc rendez-vous dans un énigmatique parking de la rue Vaugirard où nous avons été accueillis par un verre de La Dilettante servi par Catherine Breton elle-même. Et la burratta de la Buvette, servie avec son huile et une pointe de vanille, nous met déjà en émoi. Crémeuse, peut-être même magnifiée par une pointe de crème, savoureuse mise en bouche.

Dégustation des vins dans l’entrée du garage
Burrata, huile, vanille, poivre vert
Camille Fourmont, La Buvette (Paris 11e)
Lotte rôtie sur l’arête, shitakés, sauce XO
Adeline Grattard, Yam’tcha (Paris 1er)

Biscuit sablé, double citrons, double meringues
Céline Mingam, Le Galoubet (Arles)

Une fois encore nous avons eu la joie de dîner façon fooding, dans un lieu inattendu, sur de grandes tablées partagées avec des inconnus, couvertures sur le dos, dans une atmosphère euphoriquement bonne enfant.

Du verre à l’assiette, la reconnaissance des femmes se démocratise. Si le guide du Fooding s’interroge si la cuisine a un sexe, on peut dire que les femmes du clan on du cran.

Désolée pour la piètre qualité des photos faites au téléphone.

L’apéronomie… où l’apéritif devient inventif !

La Collective des apéritifs à croquer m’a convié à un atelier culinaire ayant pour thème les fêtes. L’apéronomie vient se placer dans la lignée de la biérologie ou la blendologie et promet de styliser ses apéros…
Lors de cet atelier, j’ai pu laisser s’exprimer ma créativité et créer des bouchées à partir de chips, cacahuètes, crackers et autres gaufrettes. Ce sont d’ailleurs ces dernières qui m’ont le plus inspirée car elles me semblaient les plus neutres en goût donc une base idéale pour me lancer dans ma propre création.

C’est aidée de la styliste culinaire, Laurence du Tilly que j’ai donc décidé de travailler les gaufrettes aux graines de pavot avec du fromage frais recouvert de truite fumée et marinée, tomates cocktail pour le jus et radis pour le croquant (Cyril Lignac, sors de ce corps).

La deuxième bouchée que j’ai réalisée, moins visible (au milieu de la photo), est une gaufrette au fromage/ double magret/ double raisin (frais et sec).

Cette jolie photo qui rend mon travail presque appétissant a été réalisée par Philippe Vaurès Santamaria.

A partir d’ingrédients simples, il est facile d’en faire de même et d’inventer ses propres bouchées apéritives originales qui sortiront de l’ordinaire…lancez-vous ! Ou bien piochez des idées sur leur site.