75011

Clown Bar

Je rattrape enfin mon retard dans les billets avec le Clown Bar, testé en septembre et depuis, adopté par le tout-Paris gourmand !

Le talentueux Sven Chartier, chef de Saturne a ouvert cette seconde adresse qui ravit les gastronomes depuis l’été dernier. En cuisine, c’est Sota Atsumi qui régale nos papilles. Dans un décor de brasserie ancienne, dont le plafond est orné d’un clown et à deux pas du cirque d’hiver, on déguste une cuisine de bistrot moderne et très plaisante.

Clown Bar (c) Le pull de Marine
Veau, buffala, coque

Clown Bar (c) Le pull de Marine
Canard de Challans, purée de dattes

On pourrait trouver l’association terre-mer du veau/buffala/coque présomptueuse mais que nenni, c’est parfaitement équilibré, frais, une réussite !

Accompagné d’un pithiviers et de délicats artichauts, le canard de Challans est extrêmement tendre. Ne parlons pas du jus, goûteux comme il faut.

Clown Bar (c) Le pull de Marine
Chocolat, fruits rouges
Clown Bar (c) Le pull de Marine
Tarte au citron, sésame, miel


Clown Bar (c) Le pull de Marine
Pêche, fromage blanc, jasmin
Clown Bar (c) Le pull de Marine

La pêche, fromage blanc : un dessert très délicat et rafraichissant, ce qu’il faut pour clore un repas.

Les Prix

Grignotages : 6 -12€
Entrées : 11-15€
Plat : 18 – 26€
Desserts : 8 – 9€

J’aime

Le cadre, une belle salle de bistrot et l’été, la terrasse parfaite ! Le service, la convivialité des lieux, sans oublier la cuisine, belle, belle, belle.

J’aime moins

Rien à signaler

Le Bilan

Une belle adresse de bistrot avec un gros bonus: c’est ouvert le dimanche toute la journée !
Parfait rapport qualité/prix, la nouvelle table incontournable.
114 rue Amelot
75011 Paris
01 43 55 87 35
M : Filles du Calvaire

page Facebook

MAJ du 1/03/15


Pierre Sang on Gambey

Pierre Sang Boyer

En plein coeur de l’été, Pierre Sang Boyer ouvrait une deuxième table, à deux pas de son « Pierre Sang in Oberkampf ». Une ouverture discrète et pour cause, le chef nous disait réfléchir à la façon dont il allait articuler la carte de son nouveau « Pierre Sang in Gambey ». Vous avez donc du voir quelques clichés sur mon Instagram à quelques jours de cette ouverture. Le compte-rendu plus détaillé arrive enfin ici…

Pierre Sang Boyer
Maquereau, betterave sugar
Noodles, oeuf basse température, kimchi
Noodles, oeuf basse température, kimchi

Pierre Sang Boyer
Mandu coréen, sauce soja
Pierre Sang Boyer
Boeuf maturé basse température

Pierre Sang Boyer
Brebis
Pierre Sang Boyer
Crumble, beans, glace citron kalamanzi

Le menu s’articule en environ 6 plats pour 30€ (même si ce jour-là, la générosité du chef a poussé jusqu’à 8 portions) mais il semblerait que les tarifs aient changé… on aurait désormais 5 plats pour 49€. Les quantités et les produits servis restent à voir mais cela change considérablement la donne, à mon sens.

Pour en venir au fait : la cuisine de Pierre Sang, qui est autant en cuisine qu’à veiller sur la salle, marie à merveille deux univers que l’on pense pourtant si lointains. Résultat, on redécouvre des spécialités françaises avec des condiments asiatiques qui les métamorphosent. C’est surprenant et réussi !

Pierre Sang Boyer
Mandu coréen, sauce soja
Poulet croustillant, poireau
Poulet croustillant, poireau
Pierre Sang Boyer
Alcool de riz


Les Prix

49€ pour 6 plats

 

J’aime 

L’originalité de l’offre, l’aspect décontracté du restaurant, les grandes tables en bois qui permettent de venir avec sa bande de pote.

 

J’aime moins

J’avoue, je ne trouve pas !


Le Bilan

Accueil très agréable, le lieu est vivant, les assiettes soignées. Bon rapport qualité/prix, une adresse parfaite pour dîner entre amis.


6 rue Gambey
75011 Paris
19h – 23h30 du mardi au samedi

Rendez-vous au 6 Paul Bert

C’est mon anniversaire, je dois choisir un resto… à Paris il y en a des dizaines que j’aimerais goûter, dont j’entends parler ou dont je lis les chroniques mais celui-ci revient toujours à mon oreille tendue : le 6 Paul Bert.
Le petit frère du bistrot Paul Bert a ouvert ses portes fin 2012 au n°6 de la même rue et a réussi en un rien de temps à se faire un nom, ou plutôt un chiffre! Le responsable ? Louis Philippe Riel, un jeune québécois qui apporte à la cuisine bistrotière modernité et végétal.


De sa cuisine totalement intégrée à la salle décorée de lustres en bouteilles de vins ou en couverts, le chef peut prendre la température et agrémenter sa cuisine. C’est enchanteur, c’est juste, c’est mélodieux.

Bouillon d’anguille fumé / Oeuf mollet et champignon de Paris
Carpaccio de mulet, eau de céleri, mayo d’huitre et radis
Ormeaux saisie, chou grillé, beurre citronné, céleri
Tartare de St jacques, potimarron et courge spaghetti
Demi pigeonneau, chanterelles, noisettes et butternut
Carré de veau, navet de Pardailhan, chou noir et pomme de terre
Pintade chaponnée, légumes racine et ail rôti
Morue de galice, poireau vinaigrette et oignon grillés
Pomme poêlée, tomme de Vérone, noisette, sorbet, compote de pomme

Pensez à acheter quelques bonnes charcuteries dans le coin épicerie fine du resto, avant de partir. 
[MAJ du 30/01] Le coin épicerie fine fait place à un bar à vins « nature »! Laissez-vous guider par les précieux conseils de l’agréable sommelière.


« Joyeux anniversaire, joyeux anniversaire…. » chanté sans fausses notes.
Le 6 Paul Bert rentre directement dans mes adresses favorites.

 
J’ai aimé
Tout ! L’ambiance très agréable, jeune, la cuisine ouverte, la sommelière aussi intéressante que de bon conseil, les cuissons, les produits, les saveurs. Le bouillon d’anguille goûté en entrée a sonné le la du dîner qui m’a le plus émue ces derniers mois. Et pas seulement parce que c’était mon anniversaire !

J’ai moins aimé
Est-ce possible…? Rien !

Le Bilan
Le message n’est pas encore passé ? Allez, allez, on prend son téléphone sans attendre et on réserve.


6, rue Paul-Bert, 
75011 Paris
01 43 79 14 32
mardi au samedi (19h30/23h)
mercredi au samedi (12h/14h)
Menu 38/44€


Afficher Bars et restaurants – Le pull de Marine sur une carte plus grande

Rino : une (presque) dernière fois !

Je suis allée pour la première fois chez Rino il y a tout pile un an… une rumeur arrive jusqu’à mes oreilles : Rino s’en va ! Rino quitte la rue Trousseau pour s’agrandir. L’envie de regoûter la cuisine de Giovanni Passerini et l’atmosphère si particulière de ce resto-mouchoir de poche, me pousse à réserver vite… 

J’avais été subjuguée par cette cuisine bistronomique teintée d’Italie, mon coup de cœur absolu. Mais un coup de cœur n’est-il pas fantasmé, après coup ?

Vérification en 6 actes pour 61€. Et l’entrée en matière est plus que convaincante avec ce consommé savoureux et iodé.


Tortellini de scarole à la napolitaine, maquereau, consommé de fenouil
Tortellini / maquereau

Lieu jaune de ligne, radis, coques, olives

Lieu jaune
 Bœuf, choux, betteraves brûlées et fumées au foin
Taglioni au ragout de colvert, parmesan, romarin
Poire et poivre, brebis et brebis
Clémentines, yahourt, chocolat, fruits secs
J’aime
Les produits qui ne sont pas dénaturés, travaillés simplement pour les mettre en valeur.
Les deux plats de pâtes ont été un ravissement total.
J’aime moins
Le manque d’originalité sur certains plats comme le boeuf.
Le bilan
On y va, on y va, on y va ! Assurément l’une des meilleures tables de Paris.
Rino
46 Rue Trousseau
75011 Paris
01 48 06 95 85
Afficher Bars et restaurants – Le pull de Marine sur une carte plus grande

Rooftop & burger à Ménilmontant

C’est fin juillet, Paris se vide mais il reste un lieu où court le tout Paris, un rooftop dont j’entends déjà parler depuis plusieurs semaines. Niché au coeur de Belleville, ce Perchoir où l’on vient chercher la fraîcheur à l’ombre des toiles, offre un panorama de Paris apaisant. L’ambiance musicale est parfaite pour savourer un coucher de soleil et les cocktails sont réalisés par des connaisseurs en la matière. Un Spritz justement équilibré satisfera mon envie du moment…







Le lieu bien qu’en pré-ouverture affiche déjà complet et sans son nom sur la liste, pas de vision des cieux parisiens. L’étage en-dessous accueille un restaurant qui affiche une cuisine à la carte alléchante avec des produits de saisons, dans une déco industrielle raffinée.




Qui dit cocktail, dit petite faim… c’est donc l’occasion de tester le restaurant du food-truck « Le Camion qui fume » de Kristin Frederick, qui vient d’ouvrir ses portes au bout de cette même rue, le Freddie’s Deli. La formule  (11-13€)  propose un soda et un petit paquet de chip’s Tyrell’s en plus du burger. Comme je préfère une bière et ne ne veux donc pas du soft, la vendeuse me comptera une formule + une bière… on a vu plus commerçant. Mais le burger est bon, goûteux, le pain de chez Gontran Cherrier croustille comme il se doit et Kristin, herself, fait un tour des tables pour s’enquérir du bien-être de ses clients. Amusant et plutôt rare, un robinet type écolier, installé près du comptoir, permet de se laver les mains avant de manger comme il se doit son burger avec les doigts!




Le Perchoir
14 rue Crespin du Gast
75011 Paris
01 48 06 18 48
reservation@leperchoir.fr
https://www.facebook.com/leperchoir.restaurant
Freddie’s Deli
22 rue Crespin du Gast
75011 Paris
du mardi au dimanche service continu de 11h à 22h
01 84 16 33 75
Afficher Bars et restaurants – Le pull de Marine sur une carte plus grande