Restaurant Abri

Abri c’est une sandwicherie pour gourmets au déjeuner, un restaurant bistronomique le soir, le tout orchestré par un chef japonais ayant œuvré chez Taillevent ou Robuchon. Le restaurant ayant reçu le titre de « Fooding d’amour 2013 » a la côte…

On arrive en début de service à 20h, le serveur est encore en train de nettoyer la porte vitrée qu’on n’ose pousser… Il faut faire fi de cette ambiance glaciale et des regards appuyés de l’équipe qui ne nous quitteront pas jusqu’à la fin du repas. Le menu unique, carte blanche est à 40€.

A peine assis, nous choisissons rapidement un vin puis on nous sert d’emblée un Poireau crème de comté que l’on peine à couper. C’est délicat – un peu trop?- le comté est à peine perceptible.

Poireau / Crème de Comté
Saint-Jacques
Saint-Jacques
Rascasse
Carré d’agneau
Mille-feuille chocolat

J’aime
L’exécution juste et simple
Les cuissons très bien maîtrisées
Le rapport qualité/prix qui est très honorable

J’aime moins
La présence des serveurs un peu gênante et le service expédié pour être arrivés les premiers
La mauvaise extraction, on ressort avec une odeur persistante sur les vêtements

Le Bilan
On prend le soin de réserver pour 20h30 et l’on se laisse séduire par le menu carte blanche.

Abri
92, rue du Faubourg-Poissonnière
75010 Paris

M : Gare du Nord, Poissonnière & Cadet
01 83 97 00 00
Afficher Bars et restaurants – Le pull de Marine sur une carte plus grande

« Cookbook, l’art et le processus culinaire » s’exposent aux Beaux-Arts

Le Palais des Beaux-Art vernissait jeudi 17 octobre, sa deuxième exposition « Cookbook, l’art et le processus culinaire ». Une thématique réunissant le travail d’artistes contemporains comme Sophie Calle et les œuvres de chefs comme Troigros, Passard collages ou Ferran Adria.

L’exposition soulève la délicate question de savoir si la cuisine, entre création et recherche mais au-delà de l’artisanat, est un art à part entière. Une question à laquelle je ne tenterai pas de répondre ici mais je vous conseille l’article de Libération sur le sujet.

On démarre la visite avec un texte de Claude Lévi‐Strauss, Le Triangle culinaire, expliquant que les 3 catégories universelles du triangle culinaire sont le cru, le pourri et le cuit.

Pour ma part, je retiens la plancha de Bertrand Grébaut cuite sur les rails chauffés du métro parisien, un petit film de quelques minutes qui vaut le détour. Mais aussi cette sélection à aller admirer de ses propres yeux…

Elad Lassry, Red Cabbage 2, 2008

Alisa Baremboym, Sardines, 2012

Cookbook, l’art et le processus culinaire

jusqu’au 9 janvier 2014 
Palais des Beaux-Arts
13, quai Malaquais, 75006 Paris
Ouverture du mardi au dimanche de 13h à 19h
Prix du billet : 7.50€ – gratuit pour les moins de 18 ans 
Métro Ligne 4 : Saint-Germain-des-Près


Afficher Bars et restaurants – Le pull de Marine sur une carte plus grande

Les « Cheffes » préférées du Fooding forment le Clan des Madones

Le Fooding donne le la de l’univers gastronomique français. En bons chefs d’orchestre, l’équipe bien connue pour son guide, organise quelques rares fois dans l’année des évènements mettant à l’honneur les chefs à suivre. Ceux qui comptent ou qui compteront dans les mois à venir.

Pour ce cru 2013, ils ont convié des femmes. Uniquement des femmes. Chefs, sommelière, vigneronne. Elles seront 13 et auront la lourde tache de sustenter 50 personnes par service du 15 au 17 novembre.


L’affaire se déroulera dans un parking-garage en plein coeur de Paris qui sera transformé pour l’occasion en resto éphémère.

  • Côté breuvages, l’apéritif de Camille Fourmont (La Buvette) mettra en bouche les gourmands alors que les accords mets et vins de Laura Vidal (sommelière du Perchoir) mettront à l’honneur les vins de Catherine Breton, le tout arrosé par les bulles de San Pellegrino.
  • Côté repas, ce seront trois chefs différentes par soir, qui seront aux fourneaux :

Vendredi 15 novembre : Alice di Cagno (Chatomat), Alix Lacloche, Alice Quillet & Anna Trattles (Le Bal et Ten Belles) 

Samedi 16 novembre : Agata Felluga, Beatriz Gonzales (Neva Cuisine) et Federica Mancioppi (Caffè dei Cioppi) 

Dimanche 17 novembre : Delphine Zampetti (ChezAline), Adeline Grattard (Yam’Tcha) et Céline Mingam (Le Galoubet)

Menu du Vendredi 15 novembre
Menu du Samedi 16 novembre

Menu du Dimanche 17 novembre

Chaque repas coûte 30€ (hors frais de réservations) et les bénéfices des entrées sont reversés au centre d’accueil Les Enfants du Congo Béthanie.


Attention, comme à chaque événement Fooding, il faut être parmi les premiers pour s’assurer d’avoir sa place. Réservations à partir du lundi 21 octobre à 14h : http://www.lefooding.com/evenements/2013/le-clan-des-madones/#.Ul0OJNJSiSp

Je vous conseille de ne pas rater Ateline Grattard, chef de Yam’tcha que j’évoquais déjà il y a plusieurs mois ici même.


Prenez part au Cercle Officiel des Filles à Fromage !

Grand Seigneur, le magazine du plaisir à table, pendant food de Technikart, organisait ce 14 octobre 2013, la première réunion du Cercle Officiel des Filles à Fromage Et plus si affinités, sous l’impulsion d’Olivier MalnuitOrchestrée en partenariat avec Les produits laitiers, le rendez-vous était donné au restaurant Les Portes, 15 rue de Charonne où ambiance conviviale et plateaux de fromages gargantuesques de Marie Quatrehomme nous attendaient. 


Chèvre, vieux comté, fourme d’Ambert, Camembert, bleu des Causses ou Saint Nectaire n’ont pas manqué de régaler les mecs à fromage et les copines à chabichou venus nombreux. Pour creuser son trou, point de gruyère mais quelques marches menant à une dégustation de cognac Ferrand ou de gin Citadelle. Pas toujours facile à accorder avec les fromages, même pour la spécialiste. Plus loin, un autre buffet, une jeune femme attablée se leva pour me conseiller un fromage qui claque. 

Les filles à fromage ont gagné du terrain et prévoient même un rendez-vous mensuel… Pour faire partie du club et peut-être prendre part aux prochaines réunions, rendez-vous sur http://www.lesfillesafromages.com/

Les Grès de Jérome Bigot à Lindry

Lorsque l’invitation à goûter la cuisine de Jérôme Bigot à Lindry, est tombée, je dois avouer que je n’ai pas beaucoup hésité. Son nom je l’avais entendu à maintes reprises, sans pour autant connaître le parcours et le talent de ce chef autodidacte qui a délaissé les pinceaux pour les fourneaux.

Ses faits d’arme : un petit bistrot du nord de la Bourgogne, Les Grès, des plus authentiques. Devanture de maison de campagne familiale, décoration simpliste, accueil chaleureux et cuisine de poche ouverte. Et pourtant, le coup de foudre. Un menu dégustation à 49€ qui a de la gueule et émoustille les papilles.

Hors d’oeuvre : Cuisse de pigeon / Sureau / Muësli
Lottilon / Aubergine / Poireau
Haddock / Courges / Lardo
Huitre / Bok Choy / Bouillon de volaille
Pintade / Chou Kale / Tomate
Paleron / Céleri / Tomme
Cèpe / Cacao / Erable
Pomme / Panais / Canelle
Vin de Pierre Overnoy
Menu dégustation du jour
Les Grès de Jérôme Bigot
J’aime
La cuisine inventive, juste, qui mène droit à l’émotion
L’accueil convivial et souriant de Marie-Hélène Tardif, la jeune épouse du chef
Les assiettes en grès réalisées par le papa du chef, une affaire de famille !
L’émotion qui point son nez au fil des plats… l’aubergine brûlée, le haddock magique avec ses courges, le cèpe au cacao.
J’aime moins
La cuisson du lottillon légèrement surcuite, la seule erreur majeure de ce repas, selon moi
La salle défrichée par endroits qui mériterait un peu plus de déco
Le Bilan

On y va ! Et vite ! Ce n’est qu’à 1h45 de Paris et le chef aurait déjà d’autres projets… Alors avant qu’il ne soit trop tard,  on file goûter une cuisine qui fait frémir, aux tarifs accessibles pour un dépaysement garanti.

9 rue du 14 juillet, 89240 Lindry
Fermé les lundi, mardi et dimanche soir.

09 52 31 64 10


Afficher Bars et restaurants – Le pull de Marine sur une carte plus grande

[Food Actus] #2 • 7 things en septembre

Ce mois de septembre s’annonce déjà très gourmand pour moi :

  • Il a démarré avec un test du brunch du Café Pinson, où j’avais déjà eu l’occasion de prendre un café et que j’avais beaucoup apprécié. Situé dans le quartier du Marché des enfants rouges, ce temple du bobo propose un brunch bio et sans gluten. Il inclut une boisson chaude, des tartines, un plat salé et un plat sucré. Je dois avouer ma déception car même si c’était une première pour moi, je ne pense pas que « noglu » = « no goût »… En somme, c’est sain, c’est bon mais ça n’a pas de saveur… pour 25€, ça déçoit forcément ! Je recommanderais le Café Pinson juste pour un bon goûter dans un joli cadre avec un service agréable.
Ne pas utiliser sans autorisation


Ne pas utiliser sans autorisation


Ne pas utiliser sans autorisation
Ne pas utiliser sans autorisation
  • Ensuite j’ai eu l’occasion de participer au NüBBQ organisé par Geek & Food et l’agence La Fédération, au Nüba. LA terrasse de l’été accueillait près de 800 affamés pour profiter une dernière fois dans l’année d’un barbecue en extérieur, avec déjà un vent persistant. Joli cadre mais pas seulement, la viande cuisinée par l’équipe des chefs du Nuba et fournie par Comme à la Boucherie était exceptionnellement tendre et goûteuse. 
Ne pas utiliser sans autorisation
Carré Frais proposait de réaliser sa propre création gourmande


Ne pas utiliser sans autorisation
Ne pas utiliser sans autorisation
Ne pas utiliser sans autorisation
  • Hendrick’s prenait possession du Paris Liquor Store, le caviste premium du 2ème arrondissement, pour une soirée unique. Pour l’occasion un portier de petite taille, des dandys DJ’s, les Bart & Baker, une diseuse de bon-aventure et un drôle de docteur s’étaient donnés rendez-vous pour célébrer le gin le plus « unusual »… Cocktails à la barbe à papa ou encore à la quinine pour s’accorder avec ce gin à base de rose et de concombre.
Ne pas utiliser sans autorisation
Ne pas utiliser sans autorisation
Ne pas utiliser sans autorisation


Ne pas utiliser sans autorisation


Ne pas utiliser sans autorisation
  • À l’occasion des Journées européennes du patrimoine, Stéphane Le Foll, ministre de l’agriculture, organisait, le 13 septembre 2013, une Grande Tablée au Ministère de l’agriculture à Paris. Un grand dîner convivial dont l’objectif est de « Prendre le temps de se réunir, d’aller à la rencontre de l’autre, simplement, pour échanger et partager ensemble un bon repas.  »
Ne pas utiliser sans autorisation


Ne pas utiliser sans autorisation


Ne pas utiliser sans autorisation


Ne pas utiliser sans autorisationNe pas utiliser sans autorisation



Ne pas utiliser sans autorisation


Ne pas utiliser sans autorisation
Le Ministre de l’Agriculture, Stéphane Le Foll, qui semble satisfait…

[#Photo] La convivialité et la bonne humeur à l’occasion de la #grandetablée pic.twitter.com/gvuzh83cU0
— Agriculture France (@Min_Agriculture) September 13, 2013

  • Les Monkey Crashers sont 5 singes un peu fous qui prennent en otage les bars les plus smarts de Paris pour distiller leur bon son et leurs cocktails… Ce vendredi 13 (!), Scott, Duff, Kate, William et Stuart nous ont fait déguster des Monkey Mojito à base de Monkey Shoulder au Moonshiner, le bar « speakeasy » de la rue Sedaine, où l’on entre par la porte d’un frigo situé au fond d’une pizzerria !


  • Enfin, la Mairie de Paris organise chaque année l’opération « Tous au restaurant » où près d’un millier de restaurateurs offrent, partout en France, le menu du même nom au 2ème convive. L’occasion pour moi de découvrir prochainement L’Auberge Flora de Flora Mikula dont j’entends parler depuis longtemps…


  • Et pour finir, une superbe offre dont la Maison Troigros fait profiter ses clients de moins de 35 ans avec le menu « Confiance » à seulement 90€ par personne. Il comprend amuse-bouche, entrée, plat et dessert.Vins aux verres, eaux et cafés inclus (offre valable le dimanche et le lundi au dîner, hors jours fériés et sur réservation). L’occasion de goûter un restaurant gastronomique triplement étoilé à tout petit prix, alors on réserve vite, on pose un RTT et on file à Roannes !



Rooftop & burger à Ménilmontant

C’est fin juillet, Paris se vide mais il reste un lieu où court le tout Paris, un rooftop dont j’entends déjà parler depuis plusieurs semaines. Niché au coeur de Belleville, ce Perchoir où l’on vient chercher la fraîcheur à l’ombre des toiles, offre un panorama de Paris apaisant. L’ambiance musicale est parfaite pour savourer un coucher de soleil et les cocktails sont réalisés par des connaisseurs en la matière. Un Spritz justement équilibré satisfera mon envie du moment…







Le lieu bien qu’en pré-ouverture affiche déjà complet et sans son nom sur la liste, pas de vision des cieux parisiens. L’étage en-dessous accueille un restaurant qui affiche une cuisine à la carte alléchante avec des produits de saisons, dans une déco industrielle raffinée.




Qui dit cocktail, dit petite faim… c’est donc l’occasion de tester le restaurant du food-truck « Le Camion qui fume » de Kristin Frederick, qui vient d’ouvrir ses portes au bout de cette même rue, le Freddie’s Deli. La formule  (11-13€)  propose un soda et un petit paquet de chip’s Tyrell’s en plus du burger. Comme je préfère une bière et ne ne veux donc pas du soft, la vendeuse me comptera une formule + une bière… on a vu plus commerçant. Mais le burger est bon, goûteux, le pain de chez Gontran Cherrier croustille comme il se doit et Kristin, herself, fait un tour des tables pour s’enquérir du bien-être de ses clients. Amusant et plutôt rare, un robinet type écolier, installé près du comptoir, permet de se laver les mains avant de manger comme il se doit son burger avec les doigts!




Le Perchoir
14 rue Crespin du Gast
75011 Paris
01 48 06 18 48
reservation@leperchoir.fr
https://www.facebook.com/leperchoir.restaurant
Freddie’s Deli
22 rue Crespin du Gast
75011 Paris
du mardi au dimanche service continu de 11h à 22h
01 84 16 33 75
Afficher Bars et restaurants – Le pull de Marine sur une carte plus grande

Inside K.G.B

J’ai à plusieurs reprise succombé à la cuisine de William Ledeuil, une cuisine d’inspiration asiatique, riche en agrumes, plantes et bouillons. A quelques mètres de son restaurant phare Ze Kitchen Galerie se trouve près des quais de Seine, le KGB. Non pas celui-là, l’autre. Le KGB des gourmets alias Kitchen Galerie Bis. C’est le chef Yariv Berreby qui officie en cuisine et nous propose un Menu Découverte composé de Zors d’Oeuvres (62€). Car avant d’utiliser cette horrible expression « tapas à la française », on se servait du mot adapté : hors-d’oeuvre, remis donc ici au goût jour.

« On appelle hors-d’œuvre tous les plats, sans être suffisants pour constituer un repas substantiel, et qui cependant servis à part et dans des assiettes d’une forme particulière, complètent l’élégance d’un repas ».
Alexandre Dumas

Ne pas utiliser sans autorisationNe pas utiliser sans autorisation

J’aime
Cette formule Zors d’oeuvres qui permet de déguster un peu de chacune des tentations de la carte.
L’éxecution technique des très beaux produits proposés.
La touche de Ledeuil : combawa, fruit de la passion, cébette, consommé… assaisonnent avec justesse les plats.

J’aime moins
Le manque de folie de certains plats malgré de belles cuissons et de belles saveurs.
Le poisson cuit à la perfection mais qui manque de relief.
La salle peu lumineuse et la présentation un peu speed du serveur.

Le Bilan
Bien que l’offre du KGB soit plus abordable que chez Kitchen Galerie, lorsqu’on connaît le talent de William Ledeuil, cette adresse bis peut s’avérer décevante car la cuisine y semble moins aboutie. Elle mérite néanmoins le détour pour sa justesse d’exécution.

25, rue des Grands Augustins
75006 Paris
Tél. 01 46 33 00 85
Ouvert du mardi au samedi
Afficher Bars et restaurants – Le pull de Marine sur une carte plus grande

La Ruche destinée aux locavores !

La Ruche qui dit oui est un réseau mettant en relation producteurs locaux et consommateurs, sans intermédiaire autre que le responsable de ruche.

Le concept est simple :
– Le chef de ruche démarche les producteurs locaux et valide ou non l’offre tarifaire
– Le consommateur passe sa commande et règle en ligne
– Une semaine après, on vient retirer sa commande à une date et un horaire donné (3h de délai)

Ne pas utiliser sans autorisation

J’ai donc pu commander les produits de mon choix parmi une large gamme: viande, fromage, pain, légumes, confitures, graines germées…

Puis rendez-vous 8 jours plus tard avec mon numéro de commande, chaque producteur me tend mes produits (j’ai même failli récupérer les fromages d’un autre qui m’a fait regretter de ne pas en avoir commandé! ). Puis passage final par la case signature pour confirmer que j’ai bien tout récupéré.

Ne pas utiliser sans autorisation

Déballage des produits commandés, premier constat : la majorité sont issus de l’agriculture biologique. Les produits sont plus que frais et goûteux, ça donne envie de se mettre aux fourneaux. La bavette est excellente. Les prix, quand à eux, sont raisonnables puisque pour un poulet fermier élevé en plein air est à 15€ soit 1 ou 2€ de plus qu’en supermarché et pour une autre qualité. Idem, pour les oeufs bio qui ne m’ont coûté que 2,05€.

Ne pas utiliser sans autorisation
Ne pas utiliser sans autorisationNe pas utiliser sans autorisation

A vous de trouver la ruche la plus proche de chez vous. Si il n’y en a pas aux alentours, vous pouvez réunir du monde et devenir chef de ruche avec contrepartie financière (environ 7% des ventes). Bref, tout le monde est gagnant !

La Ruche qui dit Oui !
Facebook : https://www.facebook.com/laruchequiditoui

Apéro sur Seine

Les travaux de la ville de Paris pour réaménager les berges de Seine entre la Tour Eiffel et le Musée du Louvre, ont enfin abouti. Ouvertes au public depuis ce mois de juin, vous pourrez profiter de 2,3km de promenades, installations sportives, artistiques, jardins flottants, espaces de repos et même restauration.

Une initiative qui permet aux piétons de se réapproprier l’espace et au premier coup d’œil, c’est une vraie réussite. Je me suis vue quelques instants au bord de la Spree à Berlin, très festif, où des tas de lieux insolites prennent place.

Ne pas utiliser sans autorisation

J’ai pour ma part, profité d’un samedi ensoleillé pour découvrir les installations du Port du gros Caillou, démarrant à quelques mètres de la Tour Eiffel. La promenade aidant, il faut bien reprendre des forces. Je vous conseille « En attendant Rosa« , un ersatz de « Rosa Bonheur », le bar bobo des buttes Chaumont, installé dans un contenair -comme beaucoup d’installations ici-, entre le Pont de l’Alma et des Invalides.

Ne pas utiliser sans autorisation

 Ici vous pourrez déguster du rosé (20€ les 75cl) ou des sodas (3€), de la tapenade au figues (6€) ou encore des hot-dogs (6,50€). Et attention, on ne s’assied pas n’importe où : LE bon plan c’est de choisir les gros coussins de billes derrière les tables et qui font face à la Seine. Bien installés, pour peu que le soleil vienne vous chatouiller, vous ne décollerez plus ! Ambiance guinguette chic, le service est sympathique, du moins pour le moment et le bar ferme à 23h. On nous informe même que le lieu devrait fermer à la fin de l’été, le temps de mettre en place une terrasse fermée pour l’hiver.

Si la soirée est déjà bien attaquée, il y a de multiples options pour continuer la fête: 
Ne pas utiliser sans autorisation

  • Commencez par le Faust, une terrasse gigantesque et un resto qui se situent aux pieds des escaliers du Pont Alexandre III et accueille des évènements artistiques, comme le Brunch Bazar. Fermeture à 1h.
Ne pas utiliser sans autorisation
  • Ou bien faites seulement quelques pas depuis « En attendant Rosa » pour vous rendre au Flow, le bar mitoyen qui lui ferme à 2h et possède également une jolie terrasse.

Parmi les immanquables, il faudra tester les Zzz, des espaces à réserver gratuitement pour 1h30 de sieste, le camion Omnivore ou le food-truck Mozza&Co!

Les Berges de Seine sont une vraie révolution pour l’Ouest parisien, d’ordinaire très calme et qui manquait jusque là cruellement de lieux et évènements festifs. Plus chics que Paris Plage, ces installations ont le bon goût de pouvoir satisfaire sportifs, flâneurs, gourmands, fêtards…. Ces espaces ouverts seront, sans aucun doute, les spots de l’été des Parisiens.

Infos : http://lesberges.paris.fr/

Afficher Bars et restaurants – Le pull de Marine sur une carte plus grande

Edit du 14/04/14

« En attendant Rosa » se déclinera bientôt façon barge, Rosa Bonheur sur Seine est en cours de construction et devrait ouvrir à la fin du printemps, juste en face! Surveillez @rbseine et Facebook.